AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Méli-mélo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pollyanna
Master of Plumfield
avatar

Féminin Nombre de messages : 2484
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Méli-mélo   Mer 26 Mar - 16:26

Les filles March jouent à ce jeu avec leurs amis et j'ai pensé que nous pourrions en faire autant!

On commence par raconter une histoire, n'importe quoi, tout ce qui vous passe par la tête, et on continue aussi longtemps qu'on en a envie. Il faut simplement s'arrêter au moment le plus passionnant et laisser quelqu'un d'autre inventer la suite. C'est très amusant quand on sait bien y jouer; on obtient quelquefois un mélange tragi-comique absolument désopilant.

On n'est pas ici pour faire de la grande littérature alors voici ma contribution du jour, en espérant que ce jeu vous plaise!


La nuit était sur le point de tomber. Mon cheval était souffrant, il faisait froid et j’étais épuisée. La forêt me devenait de plus en plus hostile et je sursautais à chaque bruit. Je craignais de passer la nuit dehors et priais pour trouver un abris sur mon chemin. Le vent soufflait si fort qu’il finissait par me rendre folle. Je commençais à perdre espoir quand je vis au loin…

(Je n'ai aucun mal à me mettre dans la peau d'un homme ou d'une femme quand j'écris. J'espère qu'il en est de même pour tout le monde! Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
val-marie
Quadrille des homards
avatar

Féminin Nombre de messages : 877
Date d'inscription : 06/10/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Mer 26 Mar - 18:31

Je commençais à perdre espoir quand je vis au loin, une épaisse fumée qui s'élevait au-dessus des arbres. D'où venait-elle ? D'un feu ? Non, on ne l'aurait pas aussi bien aperçue ! Il s'agissait forcément d'une cheminée !!! Je sentis une force soudaine m'envahir ! Aussitôt, j'abandonnai mon cheval et me mis à courir en direction de ce nuage gris. Je m'égratignais aux taillis et aux branches, mais rien ne pouvait m'empêcher d'avancer ! Enfin, une pâle lumière se fit voir ! Je contournai le dernier arbre, et là...

Ce jeu me plaît déjà ! J'y participerai souvent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pollyanna
Master of Plumfield
avatar

Féminin Nombre de messages : 2484
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Mer 26 Mar - 19:47

... je découvris le plus sinistre des manoirs. Je me sentais comme l'héroïne d'un roman gothique et malgré ma peur, je fus comme attirée par ce lieu à l'atmosphère si étrange. Je ne pouvais plus reculer et je pénétrai dans le jardin. Il semblait mort, abandonné mais je trouvais tout cela extrêmement romanesque. Il se mit soudain à pleuvoir et je dus courir jusqu'au manoir. Tremblante de peur et de froid, je poussai la lourde porte d'entrée et fus nez à nez avec…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
val-marie
Quadrille des homards
avatar

Féminin Nombre de messages : 877
Date d'inscription : 06/10/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Mer 26 Mar - 20:04

Tremblante de peur et de froid, je poussai la lourde porte d'entrée et fus nez à nez avec moi-même !!!!! Comment donc cela était-il possible ? Ce n'est que quelques secondes plus tard que je compris que je me trouvais dans une gigantesque pièce recouverte de plusieurs centaines de miroirs ! La seule source de lumière était le reflet des éclairs ! Que faire ? Ressortir ? Il en était hors de question ! C'est à cet instant que je découvris, au fond de la pièce, une petite porte. Je m'y approchai donc. A ce moment-là, un énorme vacarme se fit entendre derrière le mur. Je pris mon courage à deux mains et ouvris la porte ! Quelle ne fut pas surprise, lorsque je découvris, de l'autre côté,...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pollyanna
Master of Plumfield
avatar

Féminin Nombre de messages : 2484
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Mer 26 Mar - 20:23

...une autre porte qui cette fois-ci, était fermée à clef. Je tentai de la forcer mais rien à faire, elle ne voulait pas s’ouvrir. Le vacarme avait cessé mais je crus entendre quelqu’un qui ronchonnait de l’autre côté. Je voulus regarder par le trou de la serrure mais je ne vis rien. Il faisait trop sombre. Trop curieuse pour me décider à partir, je frappai à la porte en espérant que quelqu’un vienne m’ouvrir . J’entendis des bruits de pas, mon cœur battait la chamade et…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marina
Reine des Thés
avatar

Féminin Nombre de messages : 530
Age : 34
Localisation : Quelque part, entre ailleurs et ici...
Date d'inscription : 05/02/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Mer 26 Mar - 21:04

...tout à coup derrière moi, une énorme voix se fit entendre:
"- Comment oses-tu pénétrer ici étrangère ?!"
Tremblante de peur tout autant que de froid, j'hésitai à me retourner, mais sur ma droite grâce à un de ces miroirs semblables à ceux de la première pièce, j'entraperçus une "chose" énorme... Je dis "chose" car incapable d'appeler autrement cette erreur de la nature, ce ne pouvait être un homme assurément... Il était...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carolinequine.com
Latterly
Quadrille des homards
avatar

Féminin Nombre de messages : 690
Age : 38
Localisation : Dans les landes battues par le vent...
Emploi : Gardienne du savoir...contemplatrice et exploratrice des arts...dévoreuse des mots...passionnée...
Loisirs : Chanter, rêver, écrire, lire, découvrir,...voir, entendre,...
Date d'inscription : 11/09/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Mer 2 Avr - 22:18

Il était énorme et sa masse graisseuse dégageait une odeur fétide. Sur son crâne, gros et spongieux se dressait deux longues nattes d'épais cheveux noirs. Deux petits yeux sombres me fixaient... Je n'osais pas bouger. Je craignais que ce corps dénué de charme et de fraîcheur ne se jette sur moi. J'imaginais déjà cette proximité, qui me répugnait au plus haut point. Lorsqu'il s'approcha pour me renifler...je cru m'évanouir cent fois à ses pieds... J'implorais le ciel, les anges et tous les saints pour qu'ils viennent me sauver de mon malheur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
val-marie
Quadrille des homards
avatar

Féminin Nombre de messages : 877
Date d'inscription : 06/10/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Dim 6 Avr - 9:46

J'implorais le ciel, les anges et tous les saints pour qu'ils viennent me sauver de mon malheur, quand pour la seconde fois, mon interlocuteur (pouvais-je l'appeler "interlocuteur" alors que je n'avais prononcé encore aucun mot ?) me demanda :
"Comment oses-tu pénétrer ici misérable ?"
C'en était trop ! Je n'allais sûrement pas me laisser insulter par ce monstre ! Avec le peu de hardiesse qu'il me restait, je me décidai à ouvrir la bouche et lui dis : ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Latterly
Quadrille des homards
avatar

Féminin Nombre de messages : 690
Age : 38
Localisation : Dans les landes battues par le vent...
Emploi : Gardienne du savoir...contemplatrice et exploratrice des arts...dévoreuse des mots...passionnée...
Loisirs : Chanter, rêver, écrire, lire, découvrir,...voir, entendre,...
Date d'inscription : 11/09/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Jeu 17 Avr - 12:58

"Cher monsieur, je vous implore de me laisser en vie...d'ailleurs je dois absolument vous prévenir d'une chose O combien fort importante. Je ne suis pas bien grasse et j'ai fort mauvais gout. Laissez-moi quitter votre demeure et jamais plus vous n'entendrez parler de mon humble personne...et je vous prie de croire très cher monsieur, que je vous assure...j'ai très très mauvais gout. Ma chair est blanche, fade...sans aucune saveur..." A ces mots...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
val-marie
Quadrille des homards
avatar

Féminin Nombre de messages : 877
Date d'inscription : 06/10/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Jeu 17 Avr - 13:24

A ces mots, notre monstre prit peur et commença :
"Vous...vous voulez di...dire que v...vous...êtes po...porteuse du syn...syndrome G7H3 ! Cet...Cette te...terrible maladie qui fait ra...rage à...à quelques lieues de...de là ?
-Cette même maladie, repris-je. Et je suppose que vous savez ce qui vous arrivera si vous la contractez ?
-Je deviendrais tout vert, puis je rapetisserais de deux mètres, et enfin, je dessécherais avant de mourir, c'est bien cela ?, s'enquit-il.
-Effectivement, m'exclamai-je, bien qu'en réalité, je ne connaissais pas du tout cette maladie ! Alors ou bien vous me libérez, ou bien vous me mangez et vous mourrez, c'est à vous de choisir !"

Bien évidemment, le géant choisit la première solution, et me libéra aussitôt. Entre temps, l'orage avait cessé, et le soleil était déjà haut dans le ciel. Je sortis et fis le chemin, que j'avais emprunté la veille au soir, en sens inverse avant d'arriver chez moi, heureuse de m'en être sortie vivante !!

Si cette chute ne vous plaît pas, faites-en une autre, et dites-moi si la mienne est nulle, car je le prendrai bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Latterly
Quadrille des homards
avatar

Féminin Nombre de messages : 690
Age : 38
Localisation : Dans les landes battues par le vent...
Emploi : Gardienne du savoir...contemplatrice et exploratrice des arts...dévoreuse des mots...passionnée...
Loisirs : Chanter, rêver, écrire, lire, découvrir,...voir, entendre,...
Date d'inscription : 11/09/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Mar 22 Avr - 12:11

Mais elle est très bien cette chute.

On peut peut-être lancer un nouveau début de récit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
val-marie
Quadrille des homards
avatar

Féminin Nombre de messages : 877
Date d'inscription : 06/10/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Mar 22 Avr - 17:14

Je vous mets l'histoire en entier :

La nuit était sur le point de tomber. Mon cheval était souffrant, il faisait froid et j’étais épuisée. La forêt me devenait de plus en plus hostile et je sursautais à chaque bruit. Je craignais de passer la nuit dehors et priais pour trouver un abri sur mon chemin. Le vent soufflait si fort qu’il finissait par me rendre folle. Je commençais à perdre espoir quand je vis au loin, une épaisse fumée qui s’élevait au-dessus des arbres. D’où venait-elle ? D’un feu ? Non, on ne l’aurait pas aussi bien aperçue ! Il s’agissait forcément d’une cheminée !!! Je sentis une force soudaine m’envahir ! Aussitôt, j’abandonnai mon cheval et me mis à courir en direction de ce nuage gris. Je m’égratignais aux taillis et aux branches, mais rien ne pouvait m’empêcher d’avancer ! Enfin, une pâle lumière se fit voir ! Je contournai le dernier arbre, et là, je découvris le plus sinistre des manoirs. Je me sentais comme l’héroïne d’un roman gothique et malgré ma peur, je fus comme attirée par ce lieu à l’atmosphère si étrange. Je ne pouvais plus reculer et je pénétrai dans le jardin. Il semblait mort, abandonné, mais je trouvais tout cela extrêmement romanesque. Il se mit soudain à pleuvoir et je dus courir jusqu’au manoir. Tremblante de peur et de froid, je poussai la lourde porte d’entrée et fus nez à nez avec moi-même !!!!! Comment donc cela était-il possible ? Ce n’est que quelques secondes plus tard que je compris que je me trouvais dans une gigantesque pièce recouverte de plusieurs centaines de miroirs ! La seule source de lumière était le reflet des éclairs ! Que faire ? Ressortir ? Il en était hors de question ! C’est à cet instant que je découvris, au fond de la pièce, une petite porte. Je m’y approchai donc. A ce moment-là, un énorme vacarme se fit entendre derrière le mur. Je pris mon courage à deux mains et ouvris la porte ! Quelle ne fut pas ma surprise, lorsque je découvris, de l’autre côté, une autre porte qui cette fois-ci, était fermée à clef. Je tentai de la forcer, mais rien à faire, elle ne voulait pas s’ouvrir. Le vacarme avait cessé mais je crus entendre quelqu’un qui ronchonnait de l’autre côté. Je voulus regarder par le trou de la serrure mais je ne vis rien. Il faisait trop sombre. Trop curieuse pour me décider à partir, je frappai à la porte en espérant que quelqu’un vienne m’ouvrir. J’entendis des bruits de pas, mon cœur battait la chamade et tout à coup derrière moi, une énorme voix se fit entendre :
"Comment oses-tu pénétrer ici, étrangère ?! "
Tremblante de peur tout autant que de froid, j’hésitai à me retourner, mais sur ma droite grâce à un de ces miroirs semblables à ceux de la première pièce, j’entraperçus une chose énorme… Je dis "chose" car incapable d’appeler autrement cette erreur de la nature, ce ne pouvait être un homme assurément… Il était énorme et sa masse graisseuse dégageait une odeur fétide. Sur son crâne, gros et spongieux, se dressait deux longues nattes d’épais cheveux noirs. Deux petits yeux sombres me fixaient… Je n’osais pas bouger. Je craignais que ce corps dénué de charme et de fraîcheur ne se jette sur moi. J’imaginais déjà cette proximité, qui me répugnait au plus haut point. Lorsqu’il s’approcha pour me renifler… je crus m’évanouir cent fois à ces pieds… J’implorais le ciel, les anges et tous les saints pour qu’ils viennent me sauver de mon malheur, quand pour la seconde fois, mon interlocuteur (pouvais-je l'appeler "interlocuteur" alors que je n'avais prononcé encore aucun mot ?) me demanda :
"Comment oses-tu pénétrer ici misérable ?"
C'en était trop ! Je n'allais sûrement pas me laisser insulter par ce monstre ! Avec le peu de hardiesse qu'il me restait, je me décidai à ouvrir la bouche et lui dis :
"Cher monsieur, je vous implore de me laisser en vie…d'ailleurs je dois absolument vous prévenir d'une chose, ô combien fort importante. Je ne suis pas bien grasse et j'ai fort mauvais goût. Laissez-moi quitter votre demeure et jamais plus vous n'entendrez parler de mon humble personne...et je vous prie de croire très cher monsieur, que je vous assure...j'ai très mauvais goût. Ma chair est blanche, fade...sans aucune saveur..."
A ces mots, notre monstre prit peur et commença :
"Vous...vous voulez di...dire que v...vous...êtes po...porteuse du syn...syndrome G7H3 ! Cet...Cette te...terrible maladie qui fait ra...rage à...à quelques lieues de...de là ?
-Cette même maladie, repris-je. Et je suppose que vous savez ce qui vous arrivera si vous la contractez ?
-Je deviendrais tout vert, puis je rapetisserais de deux mètres, et enfin, je dessécherais avant de mourir, c'est bien cela ? , s'enquit-il.
-Effectivement, m'exclamai-je, bien qu'en réalité, je ne connaissais pas du tout cette maladie ! Alors ou bien vous me libérez, ou bien vous me mangez et vous mourrez, c'est à vous de choisir !"

Bien évidemment, le géant choisit la première solution, et me libéra aussitôt. Entre temps, l'orage avait cessé, et le soleil était déjà haut dans le ciel. Je sortis et fis le chemin, que j'avais emprunté la veille au soir, en sens inverse avant d'arriver chez moi, heureuse de m'en être sortie vivante !!

Par contre, question qui peut paraître idiote, est-ce que c'est à moi de relancer le jeu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
val-marie
Quadrille des homards
avatar

Féminin Nombre de messages : 877
Date d'inscription : 06/10/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Mar 22 Avr - 20:28

Comme Jo me l'a permis, je vous propose un début de récit :

Comme chaque matin, je me levai et allai choisir ma toilette. Une fois ma nouvelle robe de taffetas vert revêtue, je saisis mon châle et m'apprêtai à descendre. A ce moment-là, j'entendis une forte détonation qui provenait de l'étage inférieur, et qui fut suivie, quelques secondes plus tard, de déchirants hurlements, mêlés à des flots de larmes. Aussitôt, j'ouvris la porte et me précipitai dans les escaliers. Peu de temps après, j'entrai de dans la salon, et là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méli-mélo   Mar 22 Avr - 20:47

et là je vis que le candélabre était tombé, les pierres de lune qui en pendaient (pas terrible comme verbe...) les pierres de lune qui en dégoulinaient (tu es folle, dégoulinaient???) les pierres de lune qui l'ornaient (contournement de difficulté) avaient roulé dans tous les coins, sous l'étagère d'acajou, la table aux pieds ouvragé, les fauteuils couverts de satin. Les bougies du lustre, heureusement éteintes à cette heure de la journée, s'étaient brisées en de nombreux morceaux, ne se tenant en un bout que par leur mèche. Georgiana, ma camériste, était agenouillée par terre dans un état effroyable, pleurant à torrents et se lamentant. Après avoir observée la scène plus attentivement, bien qu'ahurie et toujours sur le pas de la porte, je vis deux jambes qui dépassaient à peine des débris de ce qui avait jusque quelques minutes plus tôt le lustre du salon. Et, après m'être approchée et avoir mieux regardé ces jambes, je reconnus que c'étaient celles de...


Voilà, je ne sais pas si l'identité d'une paire de jambe est très suspensogène, mais en tous cas, je suis jalouse de la robe de notre héroïne!
Revenir en haut Aller en bas
LadyM
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1450
Age : 29
Localisation : dans les bras d'un gentleman austenien...
Emploi : étudiante
Loisirs : littérature, cinéma, musique, danse...
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Mer 23 Avr - 11:17

Et après m'être approchée et avoir mieux regardé ces jambes, je reconnus que c'était celles de mon époux. La stupéfaction et la crainte m'ôtèrent toute voix. Voyant Georgina incapable d'autre chose que d'hurler, je me précipitai jusqu'au centre de la pièce et essayai tant bien que mal d'ôter le lustre sur le corps de mon mari Edward ainsi qu'il se nommait. On dit que l'amour peut nous faire déplacer des montagnes. Je veux bien le croire. En toute autre situation j'aurais été incapable de soulever ce lustre mais la vue du sang barbouillant la figure de mon cher et tendre décupla mes forces et je déplaçai ce lustre à côté de lui. Je m'approchai de son visage quand je vis un souffle s'échapper d'entre ses lèvres . Je crus que c'était le dernier quand je l'entendis murmurer mon prénom: "...

_________________
Il faut savoir s'instruire dans la gaieté.
Le savoir triste est un savoir mort.
L'intelligence est joie.

Voltaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
val-marie
Quadrille des homards
avatar

Féminin Nombre de messages : 877
Date d'inscription : 06/10/2007

MessageSujet: Re: Méli-mélo   Mer 23 Avr - 13:42

Je crus que c'était le dernier quand je l'entendis murmurer mon prénom :
"Héléna, ma bien-aimée, est-ce bien toi ?"
Tout en pleurant, j'acquiesçai.
"Approche-toi, reprit-il péniblement. Il faut que je te dise quelque chose ! J'aurai dû t'en parler avant, mais je n'en ai jamais eu le courge, mais aujourd'hui, je n'ai plus le choix !
-Quoi, que se passe-t-il ?, le pressai-je.
-Il faut que tu montes dans le grenier, et que tu cherches le coffre en ébène qui appartenait à ma grand-mère. Auparavant, tu devras prendre la clé qui se trouve à côté de mon lit, car sans elle, tu n'arriveras à rien ! Mais promets-moi de ne monter là-haut que lorsque je vous aurai quitté, et fais attention à l'homme à la montre en or qui s'appelle, si je ne me trompe..."
Malheureusement, la mort était venue le chercher avant qu'il n'ait fini sa phrase, et pendant un instant, je restai assise, tenant mon défunt mari dans mes bras. Que donc voulait-il bien dire, et de quelle personne voulait-il parler ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Méli-mélo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Méli-mélo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pickwick Club :: Un thé chez les fous-
Sauter vers: