AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Anna de Noailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Algernon
Quadrille des homards
avatar

Masculin Nombre de messages : 1435
Age : 31
Localisation : Grenoble
Emploi : étudiant
Loisirs : lire, écrire et raconter
Date d'inscription : 04/06/2007

MessageSujet: Anna de Noailles   Sam 7 Mar - 17:50

Connaissez-vous la comtesse Anna de Noailles ? Son oeuvre avant tout poétique ( mais aussi romanesque ) paraît assez oublié de nos jours alors qu'elle jouissait d'une grande réputation de son vivant.

Pour ma part, je connais un peu cette auteure car elle avait ses habitudes de villégiature dans ma région et a donc laissé son nom à différents lieux. Son père y possédait la villa Bassaraba, à Amphion, petite ville près d'Evian. L'habitude en cette Belle Epoque était pour les gens fortunés d'avoir une villa près d'une ville d'eau pour ne pas avoir à se mêler aux foules profanes des hôtels ( de luxe quand même ^^ ) J'en avais parlé dans un post en Septembre dernier.
cf. http://lepickwickclub.forumsdediscussions.com/t541-hotels-belle-epoque#14559

Pour le coup, mon lycée s'appelle Anna de Noailles en son honneur. Et même si je n'avais rien lu d'elle et que je ne savais rien de sa vie, je me suis dit que pour pouvoir donner son nom à un lycée, elle devait avoir une quelconque importance littéraire.

Bref, j'ai lu pendant les vacances sa biographie de François Broche, "Un mystère en pleine lumière" parue en 1990 chez Laffont et son histoire est intéressante à plus d'un titre.



En effet, elle est née princesse Brancovan, originaire de Roumanie où son grand-père a été un des derniers hospodars de la région de Bessarabie. C'est-à-dire qu'il était une sorte de gouverneur nommé par les empereurs ottomans. A l'indépendance de la Roumanie dans les années 1850, sa famille partit en exil à Paris où naîtra Anna en 1876 et où elle mourra aussi en 1933 à l'âge de 57 ans.

Si ses parents étaient très coutumiers du fait d'invités nombres d'artistes et d'écrivains en leur maisons, ce qui sera un terreau fertile pour Anna, elle continuera sur cette lancée, malgré la mort brutale de son père en 1896, grâce à la grande entraide entre son frère et sa sœur, sans oublier sa mère.



Elle se maria en 1897, à l'âge de 19 ans avec le quatrième fils du septième duc de Noailles, le comte Mathieu de Noailles (1873-1942).

A partir de là, elle publia régulièrement des recueils de poèmes, publiés dans des journaux où elle écrivait des articles.Elle écrivit aussi quelques romans.

Elle fut également en partie avec d'autres femmes-écrivains à l'origine du prix littéraire "Vie Heureuse" en 1904 rebaptisé prix Femina dans les année 1920.
Le but était de constituer un pendant au prix Goncourt dont le jury n'était composé que d'hommes et qui ne consacrait de facto que des hommes.
Le prix, constitué d'un jury exclusivement féminins décerne son prix chaque premier mercredi de Novembre à l'hôtel de Crillon.

Elle fut très en vogue à son époque par son style très émotionnel, proche de la nature, et de plus en plus du thème de la mort après de grands nombres de décès de ses amis proches. Elle ne put rentrer à l'Académie française qui n'admettait pas les femmes, mais fut une des premières membres (étrangères) de la toute jeune académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique en 1920.



Personnage mondain, sensible, mais également excentrique et parfois colérique, elle ne laissa personne indifférent et a nourri de grande amitiés avec de grands auteurs de son temps comme Maurice Barrès (1862-1923) et fut une des confidentes de Marcel Proust (1871-1922). Elle avait également bien connu Edmond Rostand, Paul Valéry, Jean Cocteau, Colette et Alphonse Daudet pour ne citer que les plus célèbres.

Elle n'eut qu'un fils de son mariage nommé Anne-Jules (1900-1979) qui n'eut de cesse de faire connaître l'œuvre de sa mère injustement oubliée.

Elle est enterrée au Père Lachaise à Paris, mais son cœur est inhumé au cimetière de Publier, près d'Amphion où elle est si souvent venue se reposer sur les bords du lac Léman. Un monument commémoratif a été édifié dans les jardin de l'ancienne villa de ses parents à Amphion. Il est ouvert au public est a pris le nom de jardin votif Anna de Noailles. La villa quand à elle est une propriété privée et ne se visite pas.

Le monument porte ces quelques vers tirés de son recueil "Les Forces Eternelles" publié en 1920.

"Etranger qui viendra,
Lorsque je serai morte,
Contempler mon lac genevois,  
Laisse, que ma ferveur
Dès à présent t'exhorte,
A bien aimer ce que je vois"



Cf. blog d'une passionnée de la poétesse avec un grand nombre de photos. http://comtessedenoailles.blogspot.fr/


Dernière édition par Algernon le Jeu 12 Mar - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.aliceaupaysdunet.org
Pollyanna
Master of Plumfield
avatar

Féminin Nombre de messages : 2484
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Anna de Noailles   Dim 8 Mar - 20:53

Je ne connaissais pas cette artiste et je te remercie de lui avoir consacré un sujet.
Je suis allée lire quelques-uns de ses poèmes sur ce site : poésie-française.
Il s'y dégage une certaine tristesse, beaucoup de passion et une grande sensibilité à la nature.
Son oeuvre semble relativement facile à trouver en librairie. Je me laisserai sûrement tenter !

L'offrande à la nature

Nature au cœur profond sur qui les cieux reposent,
Nul n'aura comme moi si chaudement aimé
La lumière des jours et la douceur des choses,
L'eau luisante et la terre où la vie a germé.

La forêt, les étangs et les plaines fécondes
Ont plus touché mes yeux que les regards humains,
Je me suis appuyée à la beauté du monde
Et j'ai tenu l'odeur des saisons dans mes mains.

J'ai porté vos soleils ainsi qu'une couronne
Sur mon front plein d'orgueil et de simplicité,
Mes jeux ont égalé les travaux de l'automne
Et j'ai pleuré d'amour aux bras de vos étés.

Je suis venue à vous sans peur et sans prudence
Vous donnant ma raison pour le bien et le mal,
Ayant pour toute joie et toute connaissance
Votre âme impétueuse aux ruses d'animal.

Comme une fleur ouverte où logent des abeilles
Ma vie a répandu des parfums et des chants,
Et mon cœur matineux est comme une corbeille
Qui vous offre du lierre et des rameaux penchants.

Soumise ainsi que l'onde où l'arbre se reflète,
J'ai connu les désirs qui brûlent dans vos soirs
Et qui font naître au cœur des hommes et des bêtes
La belle impatience et le divin vouloir.

Je vous tiens toute vive entre mes bras, Nature.
Ah ! faut-il que mes yeux s'emplissent d'ombre un jour,
Et que j'aille au pays sans vent et sans verdure
Que ne visitent pas la lumière et l'amour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne
Quadrille des homards
avatar

Nombre de messages : 1167
Age : 41
Localisation : les grandes plaines du nord...
Emploi : Gardienne du Savoir
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: Anna de Noailles   Lun 9 Mar - 11:53

Je connaissais de nom seulement. Merci pour ces informations, Algernon. Comme Jo, je me laisserais peut-être tenter pour découvrir son oeuvre, car ce simple extrait m'a bien plu aussi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anna de Noailles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anna de Noailles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anna de NOAILLES
» La poétesse Anna de Noailles
» Anna de NOAILLES
» Anna de Noailles
» Le verger d'Anna de Noailles, et Le Cygne de Sully Prudhomme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pickwick Club :: LITTERATURE & XIXème SIECLE :: Le XIXème siècle :: Auteurs-
Sauter vers: